A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo
 Recherche cartographique


 Dimanche 14 mai
Saint-Côme-du-Mont
Le Parc des Marais vu du ciel, par François Levalet
Géographe et photographe, François Leval ...
› En savoir plus
 Samedi 24 juin
Saint-Côme-du-Mont
Quand les enfants racontent le Parc
Avec une participation toujours plus nom ...
› En savoir plus
 Samedi 22 juillet
Doville
Comptage du Damier de la succise
Venez participer au comptage annuel des ...
› En savoir plus
 Dimanche 23 juillet
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au coeur des M ...
› En savoir plus
 Dimanche 23 juillet
Saint-Sauveur-le-Vicomte
L'abbaye de Sainte-Marie-Madeleine Postel
L'abbaye bénédictine de Saint-Sauveur-le ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 
Actualités
  • Vocation I
  • Vocation II
  • Vocation III
  • Vocation IV
  • Que fait le Parc ? Eau - Biodiversité

Eau - Biodiversité

Traiter moins
pour mieux traiter !


Face au problème de pollution de l’eau et des milieux naturels par les produits phytosanitaires et devançant une réglementation plus exigeante pour l’usage de ces substances, le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin encourage les collectivités de son territoire à des pratiques d’entretien plus respectueuses de l’environnement et moins consommatrices de produits chimiques.
Depuis 2009, le Parc des Marais invitent les collectivités de son territoire à s’engager dans une Charte de bonne entretien des espaces publics portée par la Fédération de Défense contre les organismes nuisibles de Basse-Normandie (FREDON).

Cette charte comporte trois niveaux d'engagement :
1. traiter mieux,
2. traiter moins,
en proposant une gestion différenciée reposant sur des techniques alternatives au traitement chimique,
3. ne plus traiter du tout
de façon chimique les espaces communaux.
(L’adhésion à la Charte n’exige pas le passage au niveau supérieur)

De 2009 à 2013, un programme de financement porté par la Parc assurait la gratuité de l’adhésion des municipalités au niveau 1 de la Charte (financements assurés par l’Agence de l’Eau, les Conseils généraux de la Manche et du Calvados et des fonds européens FEDER)

A la date du 1er mars 2014, 59 municipalités et 3 communautés de communes sont signataires de la charte sur le territoire du Parc (voir carte et le bilan de l'action).

Le site de la Maison du Parc à St-Côme-du-Mont est labellisé au Niveau 3 de la Charte de la FREDON depuis 2009. L’entretien y est pratiqué sans intervention chimique et repose exclusivement sur des méthodes alternatives.

Si le programme de financement du Parc des Marais est arrivé à échéance, l'adhésion des municipalités à la charte FREDON est toujours possible et s'accompagne de financements de l'Agence de l'Eau Seine-Normandie et des Conseils Généraux.
Pour plus d’information, vous pouvez contacter Laurence Morin à la FREDON (au 02.31.46.96.51 ou sur le site de la FREDON : http://fredonbassenormandie.fr)


› Eau Biodiversité, Gérer et préserver notre biodiversité pour les générations futures
› SAGE Douve-Taute, Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux sur les bassins versants de la Douve et de la Taute.
Paysage - Urbanisme

Bocage géré = haies préservées


Le Parc travaille depuis longtemps pour la restauration et la plantation de haies avec un double objectif : réhabiliter les secteurs de bocage meurtris par la maladie de l’orme et faire émerger la filière “bois-énergie”. La demande est de plus en plus importante ! Outre la dizaine de chaudières installées chez des particuliers, des réseaux de chaleur et des chaufferies collectives sont déjà opérationnels, ou en passe de l’être, dans la commune de Marchésieux, les collèges de Périers, Carentan et la piscine de Quinéville.

C’est pourquoi, le Parc et le Conseil général de la Manche ont signé un “Contrat d’Objectifs Bois-Energie” pour la période 2006-2011 afin de donner un coup d’accélérateur au développement de cette filière sur le Parc et les Communautés de Communes de Canisy et de Marigny. L’élaboration de Plans de Gestion du Bocage offre un regard sur l’exploitation dans son ensemble. Cet outil permet d’évaluer, après une visite d’un technicien du Parc, le volume de bois annuel disponible et de programmer les travaux nécessaires pour une gestion durable du linéaire de haies. Les exploitants, propriétaires ou non bénéficient d’une subvention forfaitaire de 6,50 € par plant quel que soient les travaux réalisés.

► Télécharger le document


› A chaque saison, son marais, A chaque saison, son marais
› A l’ouest, les havres, A l’ouest, les havres
› Ascension vers les monts, Ascension vers les monts
› Baie des Veys : passage de toutes les eaux, Baie des Veys : passage de toutes les eaux
› Le Bocage, royaume de la haie, Le Bocage, royaume de la haie
› Le marais : entre le bocage et la mer, Le marais : entre le bocage et la mer
› Les landes boisées : un petit air du sud, Les landes boisées : un petit air du sud
› Paysage Urbanisme , Maintenir et améliorer l’attractivité de notre cadre de vie
› Un marais par vallée, Un marais par vallée
Economie - Environnement

Enerterre lutte contre la précarité énergétique


Enerterre, c'est aussi une bande dessinée... fruit du travail  d'élèves de Sciences Po Paris pour découvrir les actions innnovantes. Extrait sur Enerterre dans " Le bruit des idées".
 

Enerterre, un dispositif expérimental autour de chantiers participatifs


Pour tenter de lutter contre la précarité énergétique, le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin mène depuis octobre 2011, dans le cadre de son Plan Climat Énergie Territorial, une expérimentation soutenue par la Fondation de France.
L’objectif est de rénover des maisons en terre en impliquant dans les travaux les personnes habitant ces maisons. Les familles à revenu modeste, ne disposant pas des ressources nécessaires pour financer des travaux d’amélioration thermique, sont ciblées en priorité.
Ce dispositif expérimental, appelé  « Enerterre » s’articule autour de chantiers participatifs d’isolation ou de réalisation d’enduits isolants type terre ou chaux. 

Télécharger la fiche d'information
 
    Un formateur professionnel encadre les chantiers, auxquels participent le propriétaire de la maison, d’autres bénéficiaires de l’expérimentation et des bénévoles volontaires.
La mise en oeuvre d’un SEL (Système d’échange Local) est adossée à ce dispositif pour équilibrer le temps offert par chaque bénéficiaire et celui dont il bénéficiera sur son propre chantier.
 
   
     

Pourquoi être bénévole sur un chantier ?


La mixité est source de richesse, l’objectif est d’élargir le type de familles participant à Enerterre : tous les auto-constructeurs ayant des projets de rénovation écologique et sensibles aux expériences solidaires et conviviales peuvent participer à ce dispositif.

C’est une bonne manière de se former aux techniques de restauration du bâti
Les auto-constructeurs se sentent parfois seuls, c’est l’occasion d’échanges et de convivialité.

Tout le monde peut participer, il faut simplement posséder une Responsabilité Civile et  prévoir une inscription à l’association Enerterre (5€ sur place) qui couvrent ses adhérents en cas d’accident et une paire de chaussure de sécurité.
L’association met à disposition gants, lunettes, protections auditives et masques anti-poussière...
Les chantiers débutent vers 9h et se terminent vers 17h00.

Les travaux potentiels
travaux de réfection et de réalisation d’enduits
travaux légers de reprises de maçonnerie
travaux d’isolation des toitures, des combles
travaux d’isolation des murs (dont enduits isolants)
travaux d’étanchéité des huisseries
travaux de préparation avant intervention d’un professionnel

Contactez le Parc pour connaître les prochaines dates et lieux de chantiers


Tél. 02 33 71 61 90 - asso.enerterre@gmail.com

Enerterre récompensé par les lauriers nationaux de la Fondation de France 2014

Enerterre a eu l’honneur de recevoir les « Lauriers Nationaux 2014 » de la Fondation de France. Il s’agit d’un trophée annuel qui récompense 9 projets parmi ceux soutenus, au regard de leur intérêt concernant l’originalité, la plus-value sociale et l’impact sur l’environnement.
Le trophée a été remis le 22 Septembre 2014 lors d’une cérémonie à la Fondation de France à Paris, en présence d’Olivier Landais, président de l’association Enerterre regroupant l’ensemble des bénéficiaires du dispositif, et de Laurent Bouyer, chargé de mission « Précarité énergétique » au Parc.

 
Téléchargez ici la plaquette de présentation du dispositif pour les bénéficiaires      


› Economie Environnement , Utiliser l’environnement comme atout pour le développement économique
› ENERTERRE, lutte contre la précarité énergétique, Communiqué de presse du 20 juin 2014
› Plan Climat Energie Territorial, Mettons les gaz contre l’effet de serre !
Connaissance - Communication
 

Inventaire du patrimoine : une zone test


Communauté de communes de Sèves-Taute
12 communes étudiées
Plus de 300 édifices sélectionnés

30 restitutions au public

1 publication de restitution



Depuis plus de 15 ans, le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin se préoccupe du devenir et de la reconnaissance du patrimoine architectural en bauge de son territoire. Fort de cette expérience, il a souhaité approfondir les connaissances scientifiques sur cette architecture. C’est pourquoi, une collaboration avec la Direction de l’Inventaire général du Patrimoine culturel de la Région Basse-Normandie a été mise en place. Engagé conjointement par les deux services en 2001, un inventaire topographique sur une zone test autour de Périers : la communauté de communes de Sèves-Taute a permis de comparer sur ce territoire de 12 communes le bâti en terre crue, en pierre et de la Reconstruction.
Achevée en 2004, les premiers résultats de cette étude ont été restitués dans une publication à destination du grand public, Entre Sèves et Taute (paru en 2004 dans la collection “Images du Patrimoine” aux éditions les Cahiers du Temps).

Pour en savoir +


› Architecture de la Reconstruction, Le territoire des marais du Cotentin et du Bessin est marqué par l'architecture de la Reconstruction consécutive aux destructions de l'été 1944.
› Architecture en pierre, Dans un territoire géologiquement riche, l'architecture en pierre s'offre à la découverte.
› Connaissance - Education - Communication , Cultiver notre appartenance au territoire pour être acteurs de notre projet et s’ouvrir aux autres
› Inventaire du patrimoine en terre crue, 3887 édifices identifiés, près de 700 édifices sélectionnés, 80 restitutions au public
 et 2 publications déjà parues

› Paysages urbains et bâtis, Fruit de l’histoire et de la géologie, 3 familles composent l’architecture du Parc : en terre, en pierre et de la Reconstruction.