A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Lundi 13 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Des paysages et des Hommes
Marais, bocage, mont, patrimoine bâti... ...
› En savoir plus
 Dimanche 17 décembre
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au coeur des M ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

Paysages urbains et bâtis (suite)


Au 19e siècle, la création de nombreuses mairies-écoles, la poussée démographique, le développement des réseaux de communication et des activités industrielles et artisanales vont contribuer au fort développement des bourgs centraux tels qu’on peut les percevoir aujourd’hui. Dans ce contexte, certains hameaux plus ou moins distants du bourg centre vont connaître un fort développement vers un point d’intérêt majeur tel qu'un port, ou encore le long des nouveaux axes selon un principe de village rue (Sainteny, Le Mesnil-Vigot, etc.).



La Reconstruction d’après la Seconde guerre mondiale a modifié la physionomie de nombreux bourgs et de paysages ruraux. Les fermes isolées comme les bourgs centres ont été touchés. Si la structure urbaine a généralement été conservée, les voies et les espaces publics se sont élargis, aérés. Dans certains cas comme à Graignes ou à Nay, le centre bourg a été déplacé pour recréer une nouvelle entité s’appuyant sur un carrefour ou un hameau alors jugé pertinent.

Ferme du Bessin_ ©DIGPC_Région Basse-Normandie
Bricqueville (M. De Rugy/DIGPC Région Basse-Normandie)

Le bâti du territoire du Parc


Dans une région aux vents dominants d’Ouest, l’implantation se fait généralement de façon à orienter la façade principale du logis au sud, sud-est pour soumettre moins de maçonnerie à l’érosion et bénéficier d’un meilleur ensoleillement. Les bâtiments, jointifs ou non, s’organisent autour d’une cour selon plusieurs types d’implantations : en alignement, en parallèle, en L, en U ou encore en cour totalement fermée, particularité propre au Plain et au Bessin.
Avec une variété de matériaux (terre crue, terre cuite, pierres, etc.), le territoire du Parc présente un grand panel d’édifices : nobles, religieux, publics, agricoles… Pour ces derniers, si la maison ou ferme en long sont très répandues (regroupement sous une même toiture de plusieurs fonctions), ils offrent aussi de la variété : étable, grange, moulin, pressoir, etc.

Architecture en terre crue
Architecture en pierre
Architecture de la Reconstruction

A découvrir
A fleur de paysages
Où voir la terre ?
La Céramique architecturale en Basse-Normandie