A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Dimanche 02 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au cœur des Ma ...
› En savoir plus
 Mercredi 05 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Récré’atelier " plantation d’arbustes "
Venez apporter votre aide à la création ...
› En savoir plus
 Vendredi 07 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Cultivons notre Parc : " Le temps de la Reconstruction, 1944-1964 "
Découvrez l’architecture de la Reconstru ...
› En savoir plus
 Vendredi 07 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Le patrimoine religieux de la Reconstruction dans la Manche
Conférence de Jean-Jacque Ernault, archi ...
› En savoir plus
 Samedi 08 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Le marais : un paysage au coeur de la guerre
Le marais a servi de zone défensive lors ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

A chaque saison, son marais


Port des Planques
Graignes-Mesnil-Angot
© Thierry Houyel


De nos jours, les marais sont toujours marqués par le rythme saisonnier de l’eau.
Lorsque les pluies sont abondantes, en particulier l’hiver, les rivières débordent et les nappes phréatiques remontent. Les prairies se transforment en vaste plan d’eau, on dit que les marais sont blancs. L’hiver, ces prairies humides se transforment en véritable déversoir pour les rivières, elles sont unifiées par la montée des eaux.
Dès le printemps, les prairies émergent des zones inondées. La vie végétale renaît. Vaches et chevaux sont mis à brouter sur les prairies.
L’été, vient la fauche du foin. En fin de saison, débute l’entretien des canaux et des fossés. En été, la platitude du bas pays est rompue selon les vallées par des éléments verticaux comme les arbres isolés, les haies, les clôtures, les fossés envahis de roseaux. La micro topographie du marais ne se révèle que lorsque les prairies sont fauchées ou pâturées. Chaque vallée se caractérise par un nuancier de couleurs, les pratiques agricoles leur donnent aussi une variété de textures.
Dès les premières pluies de l’automne, les bêtes retrouvent le haut pays en attendant la prochaine dépouille*. Ce rythme saisonnier détermine les activités et les pratiques des différents usagers. Les marais restent le reflet des activités humaines qui y cohabitent : l’agriculture, la pêche, la chasse, l’observation de la nature, le tourisme… Leur calme n’est que l’apparence trompeuse du moment.
*Dépouille : premier pâturage du marais commençant au printemps.