A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Lundi 13 novembre
Saint-Côme-du-Mont
Des paysages et des Hommes
Marais, bocage, mont, patrimoine bâti... ...
› En savoir plus
 Dimanche 17 décembre
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au coeur des M ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

Les oiseaux nicheurs






 

Les oiseaux nicheurs


Durant la saison de reproduction, les marais abritent une communauté typique des prairies naturelles humides (Bergeronnette flavéole, Tarier des prés, Pipit farlouse, Alouette des champs, Bruant des roseaux, Phragmite des joncs, Vanneau huppé, Courlis cendré). La juxtaposition de prairies fauchées et pâturées et des roselières des bords de fossés est particulièrement favorable. Le Butor étoilé, la Marouette ponctuée, le Busard cendré et le Busard des roseaux, ou la Gorgebleue à miroir recherchent pour établir leur nid des parcelles à végétation dense plus ou moins humides. Les canards s’installent en bordure des plans d’eau et des fossés, même si leur nid est souvent dans les prairies environnantes.
La Cigogne blanche construit son nid dans le bocage environnant mais se nourrit essentiellement dans le marais. Les plages de la côte Est accueillent une population importante de Gravelot à collier interrompu.
Le très grande majorité des oiseaux nichant dans les marais désertent le site au cours de l’hiver. Certains regagnent simplement le littoral normand comme c’est sans doute le cas pour le Courlis cendré, ou le haut-pays (Alouette des champs) tandis que d’autres prennent la direction de l’Afrique (Bergeronnette flavéole, Tarier des prés, Phragmite des joncs,…).

Les landes accueillent notamment la Fauvette pitchou et l’Engoulevent d’Europe. Cette dernière espèce est également présente dans les rares bois du territoire (Bois de Limors, Forêt de St-Sauveur,…).

Enfin, l’île de Terre à St-Marcouf accueille une colonie de Goélands argentés, bruns et marins, de Cormorans (grand et huppé) et d’Aigrette garzette.

 

Voir la galerie de photos

› Halte migratoire, Le Parc se situe au cœur de la voie migratoire.
› Les oiseaux, le Parc, reconnu RAMSAR
› Quartier d’hivernage, Le littoral de la baie des Veys et de la côte Est accueille régulièrement plus de 25 000 limicoles en hivernage.