A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo
 Recherche cartographique


 Samedi 26 juillet
Saint-Côme-du-Mont
Regards sur le marais
Les photographies de Maurice Guerard fix ...
› En savoir plus
 Vendredi 22 août

La baie des " veaux "
Découvrez les habitudes de ce mammifère, ...
› En savoir plus
 Vendredi 22 août
Graignes-Mesnil-Angot
Festival "L'oreille du marais"
Des spectacles de rue, une balade à surp ...
› En savoir plus
 Samedi 23 août
Saint-Côme-du-Mont
Le Marais : un paysage au coeur de la guerre
Paysage frontière, ce que l’on appelait ...
› En savoir plus
 Dimanche 24 août
Saint-Côme-du-Mont
Les marais? Pas si sauvages !
On penserait être devant une nature immu ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 
Regards sur le marais
Exposition photographique de Maurice Guérard

› Lire la suite

Actualités
  • Vocation I
  • Vocation II
  • Vocation III
  • Vocation IV
  • Que fait le Parc ? Eau - Biodiversité

Eau - Biodiversité
périmètre du Contrat

Le 1er juin 2004 était lancé le contrat territorial de la côte Est du Cotentin, une démarche visant la préservation et l’amélioration de la ressource en eau et des milieux naturels sur les 24 communes de ce territoire.



Véritables outils opérationnels créés par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et animés par le Parc, le contrat territorial (2004-2006) et les deux contrats globaux qui lui ont succédés (2007-2011), ont permis de formaliser l’engagement des acteurs de ce territoire (communes, intercommunalités, chambres consulaires, associations, etc.), pour développer et promouvoir au moyen d'un programme d’actions, les opérations à mener pour atteindre cet objectif.

Après plus de 7 ans de mise en œuvre marqués par l’intégration du volet portuaire de Saint-Vaast-la-Hougue et une extension du périmètre au bassin versant de la Sinope, cette opération s’est achevée le 31 décembre 2011. Le Parc a ainsi finalisé en septembre dernier le bilan final des contrats de la côte Est.

Il s’avère très positif avec sur les 12 489 500 € du programme prévisionnel, plus de 89 % engagés (11 119 415 €), essentiellement pour la réalisation de travaux en assainissement et sur les milieux aquatiques.

Parmi les principales actions menées, on peut citer :
- 5 stations d’épuration créées et une station réhabilitée
- 30 km de réseaux d’assainissement créées ou réhabilitées
- 18 entreprises (métiers de bouche, garages, campings) qui ont réalisé des travaux de mise aux normes (bac à graisse, débourbeur déshuileur) ou de raccordement au réseau d’assainissement
- 177 km de fossés et cours d’eau de marais entretenus par les associations syndicales
- 155 km de cours d’eau sur le bassin versant de la Sinope, en cours de restauration
- 9 ouvrages hydrauliques restaurés permettant une gestion fine des niveaux d’eau dans les marais
- plus de 100 tonnes de macrodéchets collectés manuellement sur les plages

Les contrats de la côte Est ont donc constitué une opportunité unique pour des petites collectivités rurales, de faire émerger une approche globale et concertée de la gestion de l’eau à l’échelle de son territoire.
 


› Des milieux et des espèces d’intérêt européen, Gérer et préserver notre biodiversité pour les générations futures
› La performance environnementale, Le Parc et ses partenaires, l'Agence de l' Eau Seine Normandie, l'ADEME, la Région Basse Normandie, la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie, ont mené entre 2006 et 2010 une Opération pilote su...
› L’eau, une ressource fragile et convoitée, Gérer et préserver notre biodiversité pour les générations futures
› Une zone humide d’une grande richesse écologique, Gérer et préserver notre biodiversité pour les générations futures
Paysage - Urbanisme

Bocage géré = haies préservées


Le Parc travaille depuis longtemps pour la restauration et la plantation de haies avec un double objectif : réhabiliter les secteurs de bocage meurtris par la maladie de l’orme et faire émerger la filière “bois-énergie”. La demande est de plus en plus importante ! Outre la dizaine de chaudières installées chez des particuliers, des réseaux de chaleur et des chaufferies collectives sont déjà opérationnels, ou en passe de l’être, dans la commune de Marchésieux, les collèges de Périers, Carentan et la piscine de Quinéville.

C’est pourquoi, le Parc et le Conseil général de la Manche ont signé un “Contrat d’Objectifs Bois-Energie” pour la période 2006-2011 afin de donner un coup d’accélérateur au développement de cette filière sur le Parc et les Communautés de Communes de Canisy et de Marigny. L’élaboration de Plans de Gestion du Bocage offre un regard sur l’exploitation dans son ensemble. Cet outil permet d’évaluer, après une visite d’un technicien du Parc, le volume de bois annuel disponible et de programmer les travaux nécessaires pour une gestion durable du linéaire de haies. Les exploitants, propriétaires ou non bénéficient d’une subvention forfaitaire de 6,50 € par plant quel que soient les travaux réalisés.

► Télécharger le document


› Paysage Urbanisme , Maintenir et améliorer l’attractivité de notre cadre de vie
Economie - Environnement
     

Enerterre, un dispositif expérimental autour de chantiers participatifs


Pour tenter de lutter contre la précarité énergétique, le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin mène depuis octobre 2011, dans le cadre de son Plan Climat Énergie Territorial, une expérimentation soutenue par la Fondation de France.
L’objectif est de rénover des maisons en terre en impliquant dans les travaux les personnes habitant ces maisons. Les familles à revenu modeste, ne disposant pas des ressources nécessaires pour financer des travaux d’amélioration thermique, sont ciblées en priorité.
Ce dispositif expérimental, appelé  « Enerterre » s’articule autour de chantiers participatifs d’isolation ou de réalisation d’enduits isolants type terre ou chaux. 
    Un formateur professionnel encadre les chantiers, auxquels participent le propriétaire de la maison, d’autres bénéficiaires de l’expérimentation et des bénévoles volontaires.
La mise en oeuvre d’un SEL (Système d’échange Local) est adossée à ce dispositif pour équilibrer le temps offert par chaque bénéficiaire et celui dont il bénéficiera sur son propre chantier.
Le dispositif est testé en 2012 dans 3 ou 4 logements; il sera étendu à une dizaine de maisons en 2013. L’ambition est de développer ce type de pratique si elle s’avère pertinente à partir de 2014, pour que les familles à faibles revenus puissent faire des travaux à moindre coût.
   
     
Téléchargez ici la plaquette de présentation du dispositif pour les bénéficiaires      


› Economie Environnement , Utiliser l’environnement comme atout pour le développement économique
› ENERTERRE, lutte contre la précarité énergétique, Communiqué de presse du 20 juin 2014
› Plan Climat Energie Territorial, Mettons les gaz contre l’effet de serre !
Connaissance - Communication




















Neuilly-la-Forêt
(M. De Rugy-DIGPC / Région Basse-Normandie)

Inventaire du patrimoine architectural en terre crue


3887 édifices identifiés
Près de 700 édifices sélectionnés

80 restitutions au public

2 publications déjà parues


Une publication de synthèse de l’ensemble de l’étude a été réalisée par la Direction de l’Inventaire général du patrimoine culturel, la Région Basse-Normandie et le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin avec le concours financier de la Région Basse-Normandie, du Conseil général du Calvados et du Conseil général de la Manche. Dans la collection "Images du Patrimoine" faisant la part belle à la photographie, cet ouvrage invite à découvrir le patrimoine en bauge du Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin. Architectures en terre, marais du Cotentin et du Bessin est disponible depuis décembre 2009 aux éditions les Cahiers du Temps.

Pour en savoir +

› Architecture en terre crue, Un patrimoine identitaire du Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.
› Inventaire du patrimoine : une zone test, Plus de 300 édifices sélectionnés