A B C D

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

A- A+  
logo

 Recherche cartographique



 Vendredi 13 mars
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au cœur des Ma ...
› En savoir plus
 Lundi 08 février
Saint-Sauveur-le-Vicomte
M!grateurs et les marais du Cotentin
Les Marais du Cotentin et du Bessin sont ...
› En savoir plus
 Dimanche 14 février
Saint-Côme-du-Mont
Excursion journée en autocar
Au programme cette année : les marais de ...
› En savoir plus
 Mardi 16 février
Saint-Côme-du-Mont
Atelier nichoirs
En famille fabriquez des nichoirs pour l ...
› En savoir plus
 Mercredi 17 février
Saint-Côme-du-Mont
Des marais à découvrir
Depuis la Maison du Parc, au cœur des Ma ...
› En savoir plus


Inscrivez-vous pour la recevoir




 

Faune et Flore


 Les Oiseaux

Le Parc accueille

 

4 à 5 % des cigognes blanches françaises

3% des courlis cendrés français

30% des bergeronnettes flavéoles françaises

25 % des gravelots à collier interrompu normands

25% des phragmites des joncs normands

  pour en savoir + : les oiseaux nicheurs....

 


Une nature florissante


Linaigrette

 

Marais, tourbières, landes, rivières, estuaires, dunes, bocages… autant de milieux présents au sein du Parc naturel régional qui favorisent la diversité floristique.
Enracinées, les plantes sont de bonnes révélatrices des conditions de sol, d’humidité, d’ensoleillement, d’usages humains.
Certaines espèces s’accommodent à de nombreux milieux, ce sont généralement des espèces communes. D’autres se retrouvent uniquement dans des conditions de vie strictes :
La droséra à feuilles rondes compense la pauvreté nutritive des tourbières en capturant des insectes.
La roquette de mer, colonise tous les ans les hauts de plage battus par les vagues et les embruns en profitant des algues en décomposition.
La fougère des marais s’implante sur les sols tourbeux et à l’abri des arbres, combinant les désavantages de la pauvreté du sol et de l’absence de lumière.
L’ophrys abeille recherche, au contraire, les sols calcaires secs et bien ensoleillés.
Le plus souvent, cette flore originale préfère les espaces les moins riches en éléments nutritifs et les moins remaniés par l’homme. Mais à l’opposé, l’abandon de l’entretien se traduit aussi souvent par une régression de ces espèces au profit de quelques buissons et arbres pionniers.
La conservation de notre patrimoine naturel est donc, comme bien souvent en la matière, un juste équilibre à trouver.

 


› Halte migratoire, Le Parc se situe au cœur de la voie migratoire.
› Les oiseaux, Oiseaux nicheurs
› Quartier d’hivernage, Le littoral de la baie des Veys et de la côte Est accueille régulièrement plus de 25 000 limicoles en hivernage.